Selon le dictionnaire, bêcher, c’est retourner avec une bêche. Il s’agit de la terre, évidemment. En réalité, on peut aussi utiliser une fourche. À bêcher bien sûr. Mais la question que l’on peut légitiment se poser, c’est pourquoi faudrait-il retourner la terre ??? Dans mes cours d’horticulture, on m’expliquait déjà que la terre de surface était usée, et qu’en retournant le sol par bêchage, on remontait en surface de la bonne terre, et on enfouissait celle de surface pour qu’elle se refasse une santé… Tout un programme ! Mais quand on y réfléchit, dans la nature, personne ne bêche au pied des haies, sur les bords des routes, dans les forêts, etc., et pourtant tout semble pousser très bien…

C’est ainsi qu’au contact d’autres jardiniers, souvent qualifiés de « bio », j’ai plus tard appris qu’au jardin, il suffisait de couvrir la terre 12 mois sur 12 avec un matelas organique de 5 à 8 cm d’épaisseur (compost, paillettes de chanvre, broyat de végétaux, etc.) pour non seulement ne plus désherber, ni presque plus arroser, mais surtout ne plus devoir bêcher la terre puisque ce sont les vers de terre qui l’ameublissent par leurs incessants allers et venues ! Et ce toute l’année, même en hiver, puisqu’ils sont à l’abri du gel sous le paillage…

Bref, plutôt que de vous esquinter le dos à bêcher votre jardin maintenant, couvrez plutôt la terre avec les feuilles mortes, votre compost maison, les déchets de taille que vous aurez broyés, etc.… Cela fait des années que je pratique ainsi, et mes fourches et bêches ne me servent plus qu’au moment des plantations. Et je puis vous assurer que tout pousse nickel au jardin.

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant le bêchage ? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai ici même, rapidement et avec grand plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.