Nous avons une chance extraordinaire en ce moment ! Certes, il serait préférable qu’il fasse froid et qu’il gèle maintenant, mais c’est comme ça, et les températures quasi printanières nous permettent d’effectuer les plantations sans attraper l’onglée, et sans dommages pour les racines de nos nouveaux pensionnaires végétaux ! Il faut donc POSITIVER et ne pas hésiter à venir faire un tour dans nos rayons pépinières pour y dénicher l’arbre qui correspond à l’espace que vous pouvez lui offrir… Entre ceux qui fleurissent abondamment au printemps, ceux qui arborent un feuillage de feu en automne, ceux dont l’écorce est si belle en hiver, ceux qui présentent un si singulier port retombant, etc., le choix est immense !
En attendant, je me propose de vous rappeler un des grands principes pour une plantation réussie. En effet, un arbre, ce n’est pas un pétunia que l’on plante pour une saison, mais plutôt un pari sur l’avenir, que l’on installe pour plusieurs dizaines d’années. Il est donc important de bien le planter…
Et une bonne plantation passe par un trou digne du nom. Il est tellement tentant de faire un trou correspondant simplement au volume des racines de l’arbre ! Imaginez, c’est comme si vous achetiez une paire de chaussures à votre taille, et que vous ne la remplaciez pas quand vos pieds grandissent… En effet, les jeunes et nouvelles racines de l’arbre risquent de « butter » rapidement contre les parois dures de votre trou, les obligeant à rester dans le si peu de terre ameublie, car plus facile pour elles de progresser. Bon, certes, en se renforçant, elles vont au fil des années finir par percer ces parois, mais l’arbre aura perdu du temps à bien s’ancrer et à chercher des zones riches en éléments nutritifs. Dommage…
Attention, ne vous esquintez pas le dos en réalisant à la main un trou cubique d’un mètre de profondeur comme on le voit parfois écrit dans la littérature ! Mais un trou carré de 80 cm de côté sur 50 cm de profondeur, c’est déjà parfait pour permettre aux racines de partir loin, et assurer la stabilité à l’arbre. Qu’il soit à racines nues ou en motte !

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant la plantation des arbres ? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai rapidement et avec grand plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.