Les heureux possesseurs de cerisier ont tous déjà vu en cette période, les jeunes pousses de l’année de leur arbre fruitier se recroqueviller, se décolorer, se déformer avant de se couvrir d’amas noirâtres, à la limite peu ragoutants. Pour les cerisiers bien installés, il n’y a pas lieu de sortir l’artillerie lourde, car les cerises sont au rendez-vous malgré tout. En revanche, pour les jeunes cerisiers plantés depuis seulement un an ou deux, voire depuis l’automne dernier, une grande partie de son feuillage peut se trouver touchée, et leur développement peut être grandement ralenti. Le responsable de ces maltraitances n’est autre que le puceron ! Ou plutôt, « les », car ils sont toujours en colonies nombreuses, agglutinés les uns contre les autres et occupés à pomper la sève à travers les tendres tissus…

Bref, quel que soit l’âge de votre cerisier, ne pulvérisez rien sur vos arbres couverts de fruits encours de maturation ! Vous avez remarqué que ces pucerons ne s’en prennent qu’aux jeunes pousses, là où les tissus sont tendres. Il suffit donc de les couper avec un sécateur, ou un échenilloir pour les branches les plus hautes, sur environ 20 ou 30 cm de longueur. Passez-les au broyeur de végétaux, ou bien brûlez-les si vous en avez le droit.

© ASSERAY

N’oubliez pas de poser un collier à glu sur le tronc de l’arbre, à environ un mètre du sol, pour mettre fin aux allers et venues des fourmis qui viennent récupérer le miellat des pucerons pour nourrir leurs larves, et qui, surtout, assurent le service d’ordre en protégeant les fameux pucerons contre leurs prédateurs naturels comme les coccinelles ou les syrphes !

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant les pucerons sur les cerisiers ? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai rapidement et avec grand plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.