Ces superbes plantes grimpantes qui nous émerveillent du printemps à l’hiver (en associant plusieurs espèces et variétés pour échelonner les floraisons…), sont généralement rustiques, et ce n’est pas l’offensive de l’hiver que nous subissons cette semaine qui va les perturber. Certes, les jeunes pousses qui avaient démarré à la faveur des douces températures de ces derniers temps vont griller. Ce n’est pas grave, et ça ne remet pas en cause la vie de la plante qui reproduira de nouvelles ramifications le printemps venu…

En revanche, ce que craignent les clématites par dessus tout, c’est d’avoir les racines et leur souche dans une terre imbibée d’eau alors qu’il fait froid. Avant qu’il ne soit trop tard, prenez soin de dégager notamment le paillis que vous aviez peut-être étalé au pied de vos clématites au cours de l’été dernier. Ce dernier risque en effet de jouer le rôle d’éponge, et ce n’est pas on du tout !

Dégagez la souche jusqu’à la terre, puis recouvrez-la de suite avec un matelas isolant parfaitement sec. Ce peut être de la paille, des fougères, des feuilles mortes comme celles que vous avez collectées en automne, mais aussi des morceaux de polystyrène, etc. Bref, tout ce qui est aéré et sec. Recouvrez simplement ce matelas isolant avec un cageot à légumes retourné, histoire de maintenir en place la protection anti-froid, et que ni le vent ni les piafs ne viennent l’emporter, puis recouvrez le cageot d’une planche ou tout autre élément anti-pluie ou neige…

Voilà, c’est simple et efficace… Vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant les clématites ? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai avec plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.