Seulement 15 cm d’épaisseur, montage rapide et facile à deux et sans maçonnerie, opacité maximale, pas de problèmes de racines ou de branches chez soi ou chez le voisin, aucun entretien, choix de la couleur selon ses goûts… la palissade de bois a décidément beaucoup d’avantages par rapport à une haie de thuyas ou de cupressocyparis qu’il faut planter, arroser, tailler deux fois par an, traiter, et qui occupe en moyenne 1,50 m de largeur en plus des 50 cm qu’il faut conserver entre la haie et la clôture pour pouvoir la tailler sans passer chez le voisin !

Les panneaux, le plus souvent proposés en pin traité à cœur en autoclave pour vous dispenser de tout obligation de badigeonnage, mesurent 1,80 m x 1,80 m, et se vissent simplement sur des équerres métalliques elles-mêmes solidement vissées dans les poteaux de bois. Rien de difficile, tout s’effectue sans effort avec une petite perceuse-visseuse électrique à batterie. Les poteaux, eux, sont emboités dans des supports métalliques qu’il faut préalablement enfoncer en terre avec une masse. C’est l’opération la plus physique, mais malgré tout réalisable par vous mesdames…

Vous pouvez laisser votre palissade se patiner avec le temps, mais aussi la teindre ou la peindre comme bon vous semble. Mais je vous suggère plutôt de tendre des fils de fer de poteaux en poteaux puis de l’habiller de plantes grimpantes, en évitant lierres et autres filouses qui ne manqueraient pas de s’immiscer entre les lames, et donc de passer chez le voisin !

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant les palissades? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai rapidement et avec grand plaisir !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.