La légende dit que les garçons doivent embrasser les jeunes filles qui, sans qu’elles le sachent, se trouvent sous une boule de gui suspendue en hauteur. Cela leur assurerait l’amour de la belle… De là à profiter de l’occasion des fêtes de fin d’année où l’on reçoit et où les occasions de s’embrasser sont fréquentes, il n’a fallut qu’un pas… C’est pourquoi dans beaucoup de maisons, on attache une de ces fameuses boules de gui juste avant Noël et/ou le Jour de l’An, et donc particulièrement le 24 décembre.

Pour « cueillir » le gui (et éviter qu’il repousse car c’est un parasite pour l’arbre), coupez-le au ras de la branche avec un couteau affûté. Contrairement à une rumeur tenace et colportée, il est inutile de creuser le bois jusqu’au cœur de la branche. Les racines-suçoirs du gui ne pénètrent en effet jamais si profondément. En revanche, avec une serpette, il faut retirer l’écorce de la branche sur un diamètre gros comme une pièce de 2 €, puis gratter un ou deux mm d’épaisseur de bois, pas plus. Recouvrez la plaie occasionnée avec du mastic cicatrisant.

Attention, pour toutes les manipulations du gui, portez des gants, car cette plante est toxique. Pour la déco intérieure, et le piège à jeunes filles, privilégiez d’ailleurs des gerbes mâles, sans fruits qui pourraient tomber dans les mains innocentes des enfants… La légende ne précisant pas si la présence des boules blanches sont indispensables.

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant le gui ? N’hésitez pas à me solliciter sur cette page, je vous répondrai rapidement et avec grand plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

BON NOEL À TOUTES ET TOUS !!!

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.