C’est un familier des haies de nos campagnes, et bien souvent, on le voit sans le voir, tellement il est banal. Lui, c’est le sureau, un formidable arbuste à feuillage caduc. En ces temps de COP21 où nos dirigeants tentent de faire moins de mal à notre chère Nature, j’apporte à mon niveau une pierre à l’édifice, et je vous incite tous, amis jardiniers, à planter un sureau dans votre jardin, un arbuste symbole de biodiversité !

Véritable restaurant pour les insectes, il attire en effet dans sa frondaison, syrphes et coccinelles, bien connus pour boulotter les pucerons et qui sont donc ainsi sur place pour faire le ménage dans vos cultures. Ses nombreuses fleurs odorantes sont aussi au menu des bourdons, abeilles et autres coléoptères qui ne manqueront pas de passer aussi sur les autres fleurs du jardin et donc assurer la pollinisation des plantes à fruits ! Et leurs fruits enfin (toxiques pour nous si on les consomme crus) sont très appréciés par les rouges-gorges, grives et autres piafs bien utiles également pour limiter dans le reste du jardin la population d’insectes plus ou moins indésirables… Certains de ces oiseaux nichent d’ailleurs souvent dans le feuillage dense du sureau.

© asseray


Il existe des sureaux à fruits noirs, d’autres à fruits rouges, d’autres encore à feuillage pourpre, doré, ou même panaché vert et blanc. C’est un arbuste facile à vivre, sans entretien, et dont il faut juste veiller à ne pas se laisser envahir par les petits plants qui se développent à son pied, à partir des fruits qui tombent au sol…

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant le sureau ? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai ici même, rapidement et avec grand plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.