Il n’est pas rare que j’entende, à propos de ma pelouse : « Mais ? Tu ne mets pas de désherbant dans ta pelouse ? » Je sais très bien pourquoi on me pose cette question, mais je feins l’étonnement… « Regarde, c’est plein de trèfle ! » Le mot est lâché… Mon invité a l’air aussi abasourdi que s’il avait trouvé, je ne sais pas… un pot de peinture renversé sur le tapis du salon ! M’enfin, comme dirait notre ami Gaston, en quoi ce trèfle est-il si indésirable ?
D’aucun lui reproche d’attirer les abeilles ? Moi, je m’en félicite ! Je trouve justement qu’on n’en voit de moins en moins, de ces charmantes bestioles à miel… D’autres rétorquent qu’il y a risque de piqûres si on marche pieds nus ou qu’on se roule sur le gazon. Là, c’est vrai, mais seulement si on le laisse fleurir… Car en cas de pelouse « tréflée », on peut tondre court, même en plein été, contrairement à une pelouse de graminées. Et, en tondant court, on supprime une grande partie des fleurs qui attirent les insectes…
D’autres encore lui reprochent de rendre la pelouse glissante. L’effet glissant du trèfle est avéré, je confirme, mais est-ce vraiment un souci dans un jardin familial ? Je comprends le grief sur un terrain de sports, mais là… Puis il ferait négligé dans une pelouse qui perd son statut de moquette. Là, je réponds que justement, je préfère cet aspect rustique, champêtre, qui s’accorde mieux avec les massifs d’arbustes et de vivaces en joyeux mélange !
Sa teinte vert foncé ferait triste… Triste peut-être, mais toujours verte ! Même en plein cagnard estival, et même si on n’arrose pas… Alors que la pelouse de graminées en été, c’est vite un paillasson, pour peu qu’on la tonde trop court. Et justement, en parlant de tontes, le trèfle ne pousse pas en hauteur, comme les graminées, et il demande moins de tonte qu’une pelouse classique. Encore un atout à mettre à son actif… Et puis, n’est-il pas source de porte-bonheurs ?

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.