En ce moment, et surtout avec le temps doux et humide qu’il fait, les arbustes poussent à vitesse grand V. On est toutes et tous obligés de jouer du sécateur pour maitriser tout notre petit monde. Et les branches s’accumulent… Mais ne vous désespérez pas, car vous pouvez tirer parti de ces encombrants rameaux pour les transformer en un précieux compost.

Le mot est lâché ! Car c’est bien de cela qu’il s’agit… Le compost n’est pas du tout un tas d’ordures malodorant au fond du jardin, et cela n’attire pas la vermine et les rats ! Il s’agit simplement d’un mélange de morceaux végétaux qui se décomposent progressivement, en plusieurs mois, pour se transformer en une substance noirâtre, comme du terreau. C’est le compost. Et ce compost ne sent rien de particulier au cours de sa transformation, et sent même bon quand il est mûr (c’est le mot que l’on emploie pour qualifier le compost quand il est prêt à être utilisé au jardin). Il exhale en effet du tas une odeur de sous-bois, comme celle que vous avez sans doute déjà remarquée quand vous marchez en forêt… Sympa, non ?
La seule contrainte, c’est d’abord de réduire les plus gros déchets en petits bouts, avec un broyeur de végétaux à moteur, ou bien avec un ébrancheur, mais c’est plus long et plus pénible. Puis surtout de bien mélanger tous ces déchets, morceaux de bois, feuilles, gazon coupé, épluchures de fruits et légumes,.. lors de la confection du tas, puis tous les mois. Cela se fait très bien et presque sans efforts avec une simple pelle. Vous trouverez tous ces outils dans votre jardinerie préférée.

Voilà, vous avez besoin de précisions supplémentaires concernant le compost et son utilisation ? N’hésitez pas à me solliciter, je vous répondrai rapidement et avec grand plaisir !

Et toujours à votre service pour toute autre question concernant les végétaux !

Philippe Asseray, Expert végétal Jardiland
Jardinier expert et auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages sur le jardinage.